Imagine

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Imagine

Message par Alex le Ven 14 Sep - 8:17

moi je n'aime pas les histoires de chat ... drunken

Alex
Godess
Godess

Nombre de messages : 1630
Age : 32
Localisation : Paris, lieu de culture et de vie...
Date d'inscription : 14/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/jajalex

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par La-h-urie le Ven 14 Sep - 18:44

Slav' : tu devrais pourtant Laughing

La-h-urie
Godess
Godess

Nombre de messages : 2236
Age : 24
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 10/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par slavaniet le Sam 15 Sep - 1:42

La-h-urie a écrit:Slav' : tu devrais pourtant Laughing
Qu'est-ce que j'ai encore dit? café

slavaniet
Monte au ciel
Monte au ciel

Nombre de messages : 1430
Age : 27
Localisation : DTC
Date d'inscription : 13/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par Zing le Sam 15 Sep - 12:51

Moi j'ai tout compris, et je trouve ca pas mal Surprised

Zing
Devient un Dieu vivant
Devient un Dieu vivant

Nombre de messages : 1576
Age : 30
Localisation : 25
Date d'inscription : 03/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par La-h-urie le Sam 15 Sep - 14:46

Slav' : Rien de plus ^^

La-h-urie
Godess
Godess

Nombre de messages : 2236
Age : 24
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 10/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par slavaniet le Sam 15 Sep - 16:29

La-h-urie a écrit:Slav' : Rien de plus ^^
Et je m'en badigeonne le coude (pour changer) de l'indifférence Lime
Donc, Zing a compris.. Razz

slavaniet
Monte au ciel
Monte au ciel

Nombre de messages : 1430
Age : 27
Localisation : DTC
Date d'inscription : 13/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par Lumos le Sam 15 Sep - 16:46

Moi je suis pas sûre d'avoir compris mais c'est très bien quand même Végé ^^

Lumos
Superstar
Superstar

Nombre de messages : 1012
Age : 23
Localisation : Jamais très loin =).
Date d'inscription : 09/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://RoseHybrideDeThe.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par Pâquerette! le Dim 16 Sep - 15:30

Ooh, merci merci cher public de mon coeur!
--> pour ceux qui ont compris.
:zacepci: :zacepci: --> pour les autres!

_________________
[J'ai voulu garder les yeux secs et notre vie à Contretemps...]
JDA

Pâquerette!
Superstar
Superstar

Nombre de messages : 799
Age : 27
Localisation : Pas assez près de l'eau!
Date d'inscription : 20/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://enz0.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par Syril le Lun 17 Sep - 13:19

c'est quoi déjà ce topic ?

une poubelle bis ? scratch

_________________
A titre de représaille, il hurlait de plus belle et de plus laide

Syril
Devient un Dieu vivant
Devient un Dieu vivant

Nombre de messages : 2588
Age : 35
Localisation : Pyrénées
Date d'inscription : 24/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par Zing le Ven 21 Sep - 22:26

eugénie a écrit:Voila, j'ai pensé que le forum avait besoin d'un endroit où on exposait nos talents. Alors, vous pouvez mettre vos textes, vos chansons, vos dessins, créations montages, tout ce que vous voulez, c'est ouvert!!

Je crois que tout est expliqué jeanine Wink

Zing
Devient un Dieu vivant
Devient un Dieu vivant

Nombre de messages : 1576
Age : 30
Localisation : 25
Date d'inscription : 03/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par Syril le Sam 22 Sep - 15:24

Zing a écrit:
eugénie a écrit:Voila, j'ai pensé que le forum avait besoin d'un endroit où on exposait nos talents. Alors, vous pouvez mettre vos textes, vos chansons, vos dessins, créations montages, tout ce que vous voulez, c'est ouvert!!

Je crois que tout est expliqué jeanine Wink

je ne vois plus de talent dans vos discussions silent tongue

_________________
A titre de représaille, il hurlait de plus belle et de plus laide

Syril
Devient un Dieu vivant
Devient un Dieu vivant

Nombre de messages : 2588
Age : 35
Localisation : Pyrénées
Date d'inscription : 24/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par eugénie le Sam 22 Sep - 22:37

Bah moi je met ça...Franchement c'est un tout petit texte même pas travaillé, la fin est franchement baclé mais comme c'est moi qui ai ouvert le sujet et que j'ai rien mis...

Une pièce fut lancée. Une pièce, quand elle tombe par terre, particulièrement si le sol est du parquet, ça fait du bruit. Les deux enfants -enfants presques adultes, en fait- retinrent leur souffle. Mina posa sa main a plat sur le cercle doré, comme si elle le tapait. Johann la regarda les sourcils haut, étonné. Son geste avait provoqué encore plus de bruit dans la maison ensomeillée. Mina haussa les épaules, montrant bien que ça n'avait été qu'un reflexe. Il soupira, commença a monter l'escalier, tout doucement, la jeune femme la suivant. Une fois arrivé dans la chambre du garçon, il alluma une lampe qu'il tamisa tout de suite, la jugeant trop éclatante pour être distraite. Assis, elle sur le lit, lui par terre, ils se regardèrent d'un air impuissant. Puis il se décidèrent a parler. Lui ne savait pas quoi dire, trop choqué pour ça, elle, elle n'avait qu'un avis, sans appel, et personne ne pourrai jamais l'en faire changer. Mais tout deux le savaient très bien: ce serai sans leur parents respectifs. Ils savaient très bien leurs réactions: vous n'avez que seize ans, hors de question...Plutôt mourir...Vous êtes totalement inconscients...Pendant que les étudiants, dans les rues de Paris, menaient une guerre d'amour et de paix, et que tout les adultes pratiquement ne savaient plus quoi faire, ces deux là avaient fait un enfant. Mina n'avait pas besoin de parler, elle n'avait pas besoin d'écouter leurs arguments ridicule, sa fille verrai le jour, qu'on soit en 1968 ou pas. Le plus ironique, c'est que son ventre a peine arrondi de trois mois annonçait la naissance en mai. Johann trifouilla ses lacets, gêné. C'était débile, comme situation. Une fois, une seule fois il fait l'amour, et il se retrouve avec un futur bébé en perspective. Trop bête, trop bête. Et puis, il faut se rappeler qu'a cette époque-là l'avortement est formellement interdit. Comment convaincre Mina d'aller dans un autre pays tuer le foetus? Impossible. De toute façon, il le désire lui aussi, ce bébé. Les parents, moins. Le père de Mina est rabbin, sa mère est très juive pratiquante. Savoir que sa fille a non seulement perdu sa vertue, mais a aussi un polichinel dans le tiroir...Ils ne sont pas dupes. Ce n'est pas possible. Reste une dernière solution: fuguer. Mais pour aller où? Ils se regardent l'un, l'autre très amoureux, sachant très bien qu'ils pensent la même chose. Sans bruit, Johann se lève, ouvre doucement le placard et sort une valise, se mordant la lèvre. Il a peur de faire une stupidité, en s'en allant. Mina suit le mouvement, elle, totalement convaincue. Elle n'a pas de doute, aura cet enfant autre part. Avec lui, oui. Elle sort l'argent de la cachette du jeune homme, commence a empiler ses vétements. Ils passeront plus tard chez elle. Une fois la valise close, une main tremblante appuie sur le bouton de la lumière, et, sans bruit, deux enfants presque adultes descendent l'escalier en colimaçon.

La télévision du studio une-pièce parisien laissait voir un journaliste très sérieux, comme tous, et bourré de 'euh...hum...' commentant les émeutes de ce mois de mai 1968. Mina, le ventre encore plus arrondi, de presque neuf mois cette fois ci, est assise dans un fauteuil et regarde par la fenêtre, la main comme de juste posée sur son bidon. Un jeune homme très grandi et la figure décorée d'une barbe de trois jours cuisine sur une petite gazinière. Johann a bien changé, pendant ces six mois. Il est devenu un homme, un homme fatigué, mais un homme. De sa main gauche il patouille une espèce de ratatouille surement un peu ratée. Pour une fois qu'il voulait varier de plat...Il écoute les infos d'une oreille distraite. Les cernes sous ses yeux ont encore empiré, il faudrai qu'il songe a acheter un truc anti-cernes, ou alors se laisser convaincre de prendre des somnifères. Troisième solution: casser le téléphone et le répondeur, surtout, qui sature de messages de leurs parents. Ils sont inquiets, évidemment, ils ne savent pas pour le bébé. C'est Mina, dans un instant de faiblesse, qui leur a donné le numéro. Le jeune couple est fatigué, très fatigué. Bien sur, ils s'aiment toujours, mais c'est tellement dur...Eux qui pensaient que ça renforcerait leur amour...La jeune fille dit souvent 'quand elle sera là, tout ira mieux, tu verra, mon...chéri'. Mina, comme Johann, n'est plus capable de dire mon amour. Va savoir pourquoi. Ils ont longtemps été dans la rue, une fois arrivés en France, a Paris. Ils ont finalement trouvé un vieux monsieur charmant avec qui ils ont fait connaissance, et a qui ils ont fini par être très noués. Maintenant, le vieux monsieur est mort, et ils logent encore dans le petit appartement qu'il leur avait prété, en attendant que les notaires fassent leur boulot et qu'ils puissent habiter dans la jolie maison que le viel homme possédait. Evidemment, ils sont tristes, mais ravis, aussi. Ils auront la maison, normalement, pour la naissance du bébé. Aucun des deux ne sait pourquoi il leur a légué sa maison, mais c'est comme ça. Johann sort la casserole du feu, la bouilloire se met a fumer, comme une cocotte minute, la télé se tait brusquement, le jeune homme fatigué regarde vers le canapé. Mina se tourne tout d'un coup vers son homme, sans qu'on puisse savoir si elle est contente, ou horrifiée, ou quoi. Impénétrable visage d'enfant.

"J'ai perdu les eaux."

Deux ans plus tard, dans le parc du Luxembourg, un couple se balade avec un bébé qui hésite beaucoup sur ses pattes très maladroites. Le père et la mère sont derrière, près a réagir. Il est en caban bleu foncé, le col remonté parce qu'il ne fait pas chaud, elle est en trench beige doux. Johann et Mina ont, enfin, dix-huit ans, et peuvent avouer tout a leurs parents. Julia, qui marche devant eux, a deux ans. Elle les refaits sourire. Enfin. Ils ont retrouvé leur age, surtout que l'enfant est facile, et adorable. Elle apprend vite. Elle est blonde, c'est un détail amusant, parce que les deux sont bruns, très bruns. Johann dit souvent en rigolant que ce n'est pas son enfant, Mina le frappe. Malgré leur jeune age, ils sont déjà un vieux couple. Un vieux couple aimant, cependant. Ils s'enlacent, ramassent en riant la petite qui est tombée en gambadant trop vite. S'embrassent. Ils avaient raison, Julia a fait rennaitre leur amour adolescent. La neige, doucement, commence a tomber. La petite éclate de rire, essaye d'attraper les flocons, les parents sourient a son air déconcerté quand elle se retrouve avec une petite flaque d'eau dans la main, ils se roulent tout les trois dans la neige toute blanche. Plus tard, il rentreront a la maison, dineront dans une athmosphère joyeuse, coucheront Julia, et ils feront l'amour (euh...je sais pas si j'ai le droit de mettre ça, hein, mais bon). Parce qu'ils y arrivent de nouveau. La mauvaise passe est finie, définitivement espèrent-ils, grace a leur petite. Ills en veulent d'autres, mille autres, ils ne veulent pas s'arrêter. De toute façon, neuf mois plus tard, Elijah viendra au monde, second d'une longue succesion. Ils n'ont pas a se poser de questions, les réponses arrivent avant.
Cinq ans plus tard, les deux amoureux ont 22 ans, Julia sept, Elijah cinq, Rose et Elise un, Meredith deux mois. Ils sont tous dans la cuisine, en plein petit déjeuner. La maman a instauré comme règle qu'on pouvait lire au petit déjeuner, et seulement au petit déjeuner, et les enfants s'en donnent a coeur joie. Mina n'a plus ses règles depuis un mois, alors...Alors elle est de bonne humeur. Johann aussi. Johann est beaucoup moins là, parce qu'il a décidé de faire ses études de médecine, enfin, parce qu'il l'a toujours voulu. Il a fallu, évidemment, faire des pieds et des mains pour ça, mais il est a présent interne en chirurgie. Et père de cinq, et même futurement six enfants. Pas très pratique.

Nous sommes donc dans cette cuisine éclairée et très animée par les bébés, quand Julia, Julia qui a perdu sa blondeur enfantine, dont les cheveux sont devenus plus noirs encore que ceux de ses parents, très silencieuse jusqu'a présent, et plongée dans son bouquin (parce qu'elle lit beaucoup, la petite Julia, elle s'est découverte cette passion) tend le bras pour prendre le jus d'orange. En passant, puisqu'elle ne regarde évidemment pas, emportée par son roman, elle fait tomber le verre de son frère. Elle lève tout de suite les yeux de son bouquin et regarde le désastre de jus de raisin absolument partout sur la table et sur Rose qui pleure tout ce qu'elle sait, sa barboteuse couverte de liquide violet innenlevable. La petite fille retient son souffle, regarde sa petite soeur et son frère qui essaye comme il peut d'éponger tout ça, serviable au possible, parce qu'il a peur que son modèle de grande soeur se fasse disputer, et se demande comment elle a pu, par un simple coup de la main, provoquer un truc pareil. Mais Julia n'a pas ce reflexe là, mais un autre. Elle ne bouge pas, et sort, d'un ton tout a fait neutre, sur le ton de la conversation:

"Merde."

Mina regarde sa fille d'un air outré. Non pas qu'elle soit puritaine, ou quoi, mais bon, elle a sept ans, quoi, et la voix dire un juron, comme ça, devant elle, qui a vingt trois ans, ça lui fait penser que...Bah ça lui fait penser que Julia grandit, et elle trouve qu'elle grandit trop vite, qu'elle est trop mature. Elle lui rappelle trop elle a son age, et n'a pas du tout envie qu'elle fasses les mêmes erreurs. Sept ans après la naissance de son premier enfant, ainé de -nous le verrons plus tard- treize enfants, Mina a présent Leoyl découvre l'angoisse d'être mère de famille, la vraie: celle du temps qui passe. Le truc le plus horrible de la terre, a vrai dire. Le regard de la jeune maman croise celui de Johann, qui lui sourit doucement, presque amusé de la situation. Quand tout les enfants seront a la sieste et Julia l'impétueuse chez une amie, Mina se nichera dans les bras de son homme. 'Ils grandissent, hein? Oui...T'en fais pas.' Et Julia et ses parents rigolerons beaucoup plus tard a l'évocation de cet événement. Quand a Julia, elle n'osa pas re-prononcer de gros-mots devant ses parents, parce que, non, elle croyait que ses parents étaient cools, quoi. Si c'était pour les choquer a ce point...Enfin bref, évidemment, elle trouvait ça très très bizarre. Mais cet incident fut oublié, et même si la petite fille avait recommencé, les deux jeunes parents auraient juste été morts de rire.
Sept ans après, évidemment, la situation est plus compliquée. Non parce que déjà, Julia, avant l'adolescence, c'était pas simple, mais a quatorze ans...Si vous avez suivi, Elijah a douze ans, Rose et Elise huit ans, Meredith sept, et Ludivine, Jude et Angie respectivement presque sept, cinq et deux ans. La jeune fille est donc execrable avec ses parents, pourtant adorables. C'est comme ça. Elle sort trop souvent, et quand on ne lui donne pas la permission, même si Johann et Mina sont très permissif, elle fait le mur sans vergogne. Sexe, alcool, drogue and rock'n'roll. Même si elle se met une petite limite toute seule, ce n'est pas suffisant. Et sa mère, qui quand elle disait 'merde' a sept ans s'offusquait...Imaginez le tableau...Julia aime se noyer dans la démesure, se senir jolie, parce qu'elle sait qu'elle est jolie, mais a parfois carrement des doutes. Elle ne fait plus attention a ses parents, a sa famille, et hait presque le fait d'avoir autant de frère et soeur, et surtout qu'en plus sa mère soit encore enceinte. Mina a trente ans, mais la jeune fille la trouve vieille. Enfin, c'est normal...C'est une époque de beaucoup de pleurs.

"Julia! Julia, ouvre cette porte et viens diner, mer*e! C'est pas possible, ça!"

Deux ans après les quatorze ans de Julia, Mina se retrouve derrière la porte des toilettes du deuxième étage, même collée a la porte. Ca fait une demi-heure qu'elle tape a la porte, une demi heure qu'elle appelle sa fille pour diner. Elle en peut plus, de l'insolence de la jeune femme, ça devient vraiment impossible a contenir. Heureusement qu'elle a les autres, oui. Les autres ptits machins qui courent partout. Elle en veut encore et encore, des gamins, ça lui ferai toujours du bien. Elle a juste peur qu'ils grandissent, qu'ils passent par le même stade que Julia fait maintenant. Ca lui fait tellement mal, ce truc...Elle tape une dernière fois, insiste, une dernière fois...Derrière la porte bleue délavée, sur la cuvette des toilettes, une Julia devenue femme, devenue magnifique et plus brune que jamais a la tête baissée. Ca lui arrive rarement, d'avoir la tête baissée. D'habitude, son petit menton insolent pointe comme une pique, pour attaquer ou charmer ceux a qui elle parle. Mais cette fois, ce joli menton tremble, et ces joues couleur porcelaine sont couvertes de larmes. Pleurer, elle ne l'a pas fait depuis ses six ans. Elle est uniquement vétue d'une serviette, et ses cheveux pas coiffés cascadent sur ses épaules. Dans sa main, il y a un batonnet qui ressemble un peu a un thermomètre, et il affiche deux ronds bleus. Elle n'a même pas besoin de prendre la boite de ce test pour savoir ce que ça veut dire: elle est allée trop loin. Elle a fait tout ce que sa mère ne voulait pas, elle a fait comme elle. Elle avale plusieurs fois sa salive, pour qu'on entende pas les trémollos de sa voix, et répond 'j'arrive' a sa mère, qu'elle lui laisse quelques secondes de répis. Mina soupire, genre 'ras-le-bol des hormones', mais descend. Quand, quatre jours plus tard, Julia devra annoncer a sa jeune maman qu'elle est enceinte, sa première réaction sera de sourire: 'elle a seize ans. comme de par hasard...' Elle fut malgré tout la première a l'encourager a avorter. Johann étant trop proche de sa petite fille pour se prononcer sur ça. Il n'empêche que, six mois plus tard, Venise Iphigénie Sara Briséis vient au monde. Le père? Qu'il aille au diable. Julia a trop peur pour aller le voir et oser lui parler calmement, elle crois l'aimer trop, ou pas assez.

Les bras potelés du petit bébé blond tirai sur les mèches noires de la maman. La maman, Julia, était serrée entre ses deux hommes, les deux hommes de sa vie: son père, et Julian, qui a finalement toujours été là, parce qu'il l'aime, elle et son bébé. Elle n'a plus que deux garçons pour la soulever, et encore, Johann n'est pas tellement plus fort, au final. Du haut de ses trente et un an qui ne l'empêchent pas d'être un grand père, il jette de sa main gauche une rose qui virvolte sous la pluie jusqu'a cerceuil tout neuf que les messieurs des pompes funêbres viennent de glisser dans une tombe fraichement percée. Puis il lance une pièce, qui va rouler dans un grand bruit sur le bois de sapin. LA pièce. Que cette histoire finisse comme elle a commencé. Ils pensent tous la même chose. Même Julian, qui n'a pourtant pas eu une grande expérience de la mère de sa chérie: comment une force de la nature a pû être emportée par une unique, banale et stupide voiture? Julia cligne des yeux plusieurs fois a la suite, et puis tout d'un coup met Venise presque violemment dans les bras de son père et s'en va en courant. Venise ne se met pas a pleurer, elle réclamera sa mère quatre heures après. Déjà comme ça. Julian et Johann restèrent donc longtemps assis tout seul dans la maison, sur un canapé, Julian avec Venise qui crapahutait dans ses bras, l'air sombre, a ne strictement rien dire. Julia revint deux jours plus tard, habillée pareille, mais jamais personne ne parla de ce qui c'est passé pendant ces deux jours là. Normal.

eugénie
Superstar
Superstar

Nombre de messages : 835
Age : 24
Localisation : Paname
Date d'inscription : 11/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://aj0ckeyfullofbourbon.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par eugénie le Sam 22 Sep - 22:38

Suite: C'est a ce moment-là qu'on peut dire que Venise fut élevée par son père et son grand père, vu l'état de sa mère pendant pratiquement quatorze ans. C'est difficile, comme ça, de vivre sa vie sans sa mère, même si Julian Deylot et Johann Leoyl étaient (sont) les hommes les plus adorables du monde. Mais une fille a toujours besoin de sa mère. Même si c'était très rigolo comme scène, voir Julian bidouiller un tampon en essayant d'expliquer a Venise comment exactement ça marche. Un mois avant les quinze ans de Venise, Julia la retrouva dans sa chambre, les lèvres blanches a force d'être pincées, le regard dur, un test positif a la main. La mère fondit en larmes, riant en même temps. C'était tellement ironique! Venise regarda sa mère, ne changeant pas d'air.

"Il est hors de question de je garde ce machin."


Allongée dans un canapé, quelques heures plus tard, la mère enlace sa toute petite fille. Venise ferme les yeux, Julia lui passe la main dans les cheveux. 'Je suis arrivée un peu trop tard, hein? je suis désolée'. La jeune femme ne répondra pas. Le bébé ne verra pas le jour. Venise brise là la chaine des filles-mères, et ce n'est pas pour lui déplaire. Elle est indépendante, et ses parents savent qu'elle veut faire de longues études, qu'elle veut travailler. Mais plus rien ne les foutra en l'air, et Julia ne compte pas mourir et abandonner sa fille comme Mina l'a fait. Elle ne la deteste pas d'avoir fait ça, du tout, en même temps ce n'est pas sa faute, mais elle a mal, et ne veut pas que ça arrive. La Julia forte et puissante est revenue, au grand bonheur de tout le monde. Quand Venise explique qu'elle veut faire des études de médecine, ça coince un peu plus. Elle a été élevée par son grand père en majeur partie, et son grand père, comme son père, adore les enfants. Sa mère la suit. En même temps, après tout ce temps perdu, elle ne peut pas des masses s'engueuler avec elle. Mais Venise ne veut pas spécialement d'enfants, elle n'est jamais vraiment tombée amoureuse, a vrai dire, et ne veut pas d'enfant d'un mec qu'elle n'aime pas. De plus, elle est trop indépendante, et presque chirurgienne. Un bébé, selon elle, serait un poids. Venise aura tout le temps de découvrir qu'elle est assez semblable a sa mère, en fait. Elle adore faire son internat. Et ne regrette pas une seconde le bébé dont elle s'est séparé. Même si elle y pense, souvent.

(By the way, Johan se dit yoanne)

Voila, si quelqu'un a la motivation pour lire ce torchon ^^

eugénie
Superstar
Superstar

Nombre de messages : 835
Age : 24
Localisation : Paname
Date d'inscription : 11/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://aj0ckeyfullofbourbon.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par Zing le Ven 28 Sep - 21:48

Bon bein va falloir que je lise ca Rolling Eyes

Zing
Devient un Dieu vivant
Devient un Dieu vivant

Nombre de messages : 1576
Age : 30
Localisation : 25
Date d'inscription : 03/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par eugénie le Jeu 4 Oct - 21:23

Haha comment j'ai bloqué le sujet!!

eugénie
Superstar
Superstar

Nombre de messages : 835
Age : 24
Localisation : Paname
Date d'inscription : 11/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://aj0ckeyfullofbourbon.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par Zing le Ven 5 Oct - 23:09

Bah j ai pas eu le temps, mais faut que je trouve le temps Rolling Eyes

Zing
Devient un Dieu vivant
Devient un Dieu vivant

Nombre de messages : 1576
Age : 30
Localisation : 25
Date d'inscription : 03/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par Bezannes TGV Est le Ven 12 Oct - 14:45

Un chtit article de moi pour le journal de l'école. Mais bon comme vous vous foutez de Reims...

Reims dévoile son avenir : c’est bon, les TP* auront du boulot !!!

On se demandait pourquoi on n’arrivait pas à trouver de tonnelles pour le Mondial du BTP. Et on a fini par comprendre : tous les chapiteaux de la Ville étaient déballés place d’Erlon* pour accueillir l’exposition « Place à la mobilité », du 19 au 29 septembre dernier. Avec en point d’orgue, un tram grandeur nature ! (et des jolies hôtesses, mais ce n’est pas le sujet du jour…)
But de l’opération : montrer comment, en un coup de baguette magique, on va transformer Reims en une ville verte, propre, écolo et attractive. Et le tout en deux temps, trois mouvements.

Déjà, on fait le bilan de la situation actuelle : y’a des bouchons, beaucoup de voitures, et pas assez de vélos, ni d’espaces piétons. Ensuite, on parle du plan de déplacements urbain (PDU). Puis montre les solutions. Et des pas mauvaises en plus :
- création de l’A4 bis, pour tous ceux qui ne veulent pas mettre les pieds dans notre belle cité. Avec en prime des échangeurs à gogo… Ormes, Bezannes et sa gare, et Cormontreuil, près du Cora.
- Création d’une nouvelle sortie sur l’autoroute, pour accéder au port Colbert, et aménagement de l’échangeur Reims-centre pour pouvoir sortir sur le pont de Vesle,
- Fin du contournement est de Reims, entre le boulevard des Tondeurs et l’A 34 (que l’on pourra baptiser boulevard de l’Arlésienne, vu qu’il est prévu depuis la fin des années 60…).
- Et bien entendu, le super échangeur Reims-Cormontreuil, que l’on peut déjà emprunter en totalité grâce au GPS (authentique), mais pour le voir en vrai, l’eau a encore le temps de couler sous les ponts des bretelles qui ne sont pas encore construites…
Y’a pas à dire, les TP sont gâtés ! (bon pour ce paragraphe-là, forcément ,faut être du coin)

Les cyclistes aussi vont être servis… augmentation conséquente du nombre de bandes cyclables. Vous savez, la sorte de « voie » large comme une feuille de papier à cigarette qu’on trouve sur les bords des artères les plus circulantes ? A 5€ le mètre linéaire de marquage, la Ville a trouvé le moyen de rentrer dans les clous de son PDU sans se ruiner. Quant aux vrais points chauds à vélo (exemple : place des Droits de l’Homme), ils sont légendés « Secteurs à aménager ». Traduisez : « oui, on sait que c’est dangereux, mais on sait pas comment s’y prendre ». Tiens, exactement ce que se dit un cycliste qui aborde la place en question…

Pour les espaces verts, en revanche, la Ville de Reims a trouvé une grande innovation : la Coulée verte !!! Le principe : on béton-désactive* les berges du canal jadis en espaces verts (d’où coulée verte… enfin ils se comprennent, c’est le principal), afin d’aménager une allée pour les balades du dimanche après-midi en famille. Marcher sur du béton, entre l’autoroute et une grande artère circulante : le dépaysement à la rémoise reste inégalable…

Et la dernière grande partie de l’expo est bien entendu consacrée au tramway. Et là, Reims Métropole a mis les petits plats dans les grands… après les classiques planches avec le parcours du tram, que l’on voit chaque mois dans VRI* depuis 3 ans, on a pu découvrir tout le calendrier des travaux, détaillé secteur par secteur, et phase par phase. Bizarrement, il est beaucoup moins diffusé… en quoi ça peut faire peur de voir que sa rue va être bloquée pendant deux ans par des travaux ? On a pu également découvrir le futur réseau de bus… pas trop mal repensé à vrai dire. On va carrément pouvoir faire Bezannes - Tinqueux - St Brice sans correspondance. Elle est pas belle la vie ?
Et arrive le grand moment : le tram à proprement parler ! Enfin, le demi tram, mais de toute façon ça suffisait pour la présentation. Pour mieux comprendre toute la dimension historique de cette merveille de révolution technologique, il était possible de visiter la demi rame (quinze mètres de long facile) à l’aide d’un audioguide ! On ne se refuse rien pour être à la hauteur de l’évènement. Audioguide certes, but in french only. Les touristes anglais ont fait la moue, mais ils n’ont pas raté grand chose, vu que le monsieur qui est dans le gros téléphone nous a baratiné pendant un quart d’heure sur l’extraordinaire talent du designer du tram, et le fabuleux destin d’Alstom, fleuron de la technologie française au rayonnement intergalactique (pour un peu on pourrait croire qu’ils ont conçu les fusées Saturn et le Faucon Millenium).
Concernant le look, faut reconnaître que le designer Ruedi Baur n’est pas tombé de la dernière pluie. C’est tout simplement une petite merveille. Des places assises, des places debout, et même des places assis-debout, ainsi que la possibilité d’entrer avec son vélo — reste à savoir si on pourra.
Bien entendu, la FRTP* ne pouvait pas se permettre de louper un tel évènement. Après être ressorti du tram — et avoir rendu son bel audioguide — on atterrit dans un stand tenu par la FRTP, avec de grands panneaux décrivant tous les métiers du BTP : du manœuvre au conduc’, en passant par l’ingénieur chargé d’études, sans oublier les incontournables : la petite vidéo explicative avec les gros nengins de terrassement, les incomparables brochures, et le fameux slogan : « Tu sais, on te prend, tu sais pas, on t’apprend ». Et pour finir en beauté, rien de tel qu’un petit coup de pub pour les différents membres du groupement Mars, qui sera en charge de construire le tramway (Alstom, la famille Bouygues*, Pingat, et tout le tralala…)
Voilà comment la Ville de Reims a su, en 80 mètres linéaires, résumer les quatre prochaines années de son histoire. En gros vivement 2011 !


Lexique pour les moldus :

* TP : travaux publics
* Place d'Erlon : Place de Stanislas de Reims, mais en moins beau
* Béton désactivé : béton avec cailloux apparents pour marcher dessus
* VRI : Ville de Reims Information, mensuel de la Ville de Reims
* FRTP : Fédération Régionale des TP (pour TP, voir 4 lignes au-dessus)
* La famille Bouygues : Bouygues, Pertuy, Quille, Screg, Colas

_________________
Trop de débiles déballent des bols de rimes à deux balles que je boude et blâme...

Bezannes TGV Est
In Mark Bootrush we Trust
In Mark Bootrush we Trust

Nombre de messages : 2576
Age : 30
Localisation : Ville des Sacres, 51 (je t'aime !)
Date d'inscription : 14/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imagine

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:17


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum